Conseil municipal de Sassenage du 29 janvier 2009

Ordre du Jour:

Approbation du Compte rendu (Non participation au vote en raisons des incidents survenus lors du conseil municipal du 17 décembre 2008)

1. Débat d’orientation budgétaire (Débat, sans vote)

Nos interventions: Monsieur le Maire, mesdames et messieurs

La première partie liée au contexte de la crise financière internationale, des perspectives économiques et de prévisions nationales, synthétise le contenu de la loi de finances 2009. (Voir l’intégralité)

Service public de l’eau: le refus de consulter les sassenageois

Jeudi 15 janvier, une réunion publique au Théâtre en rond, avec une faible participation.
Quoi d’étonnant, lorsque les informations sur cette réunion, n’ont été diffusées que la veille; c’est également la veille que se sont tenues les réunions obligatoires du CTP (comité technique paritaire) et CCUSP (comité consultatif des Usagers des services Publics)
Ainsi, toute l’étude menée par le cabinet consultant KPMG était biaisée dès le départ !
Le seul choix d’étude étant: soit la Régie municipale d’autonomie financière, soit l’affermage. Immanquablement, il fallait aboutir au maintien du choix du privé. Le cabinet pour établir que le coût avec régie municipale serait supérieur de 6 à 18% n’a en aucun cas choisi une ville de l’agglomération grenobloise, mais celle d’une autre région !
Notre fournisseur d’eau, la REG (régie des eaux de Grenoble) qui déploie son activité sur les 158 700 grenoblois, n’a jamais été sollicitée, ni intégrée à l’étude. Or, les 10 500 sassenageois représentent 6,6%, de cette mutualisation possible des moyens, d’où la possibilité de réaliser des économies pour le budget de l’eau et sur les factures aux sassenageois.
Au conseil municipal du 29 janvier, la droite, à nouveau, invoquera la défense des sassenageois qui n’ont pas à payer une ardoise alourdie avec une régie municipale autonome, pour imposer sur une période minimale de 8 ans, un fermier privé, dont le but premier est la réalisation de profits. A nouveau sans doute, sera refusé la tenue d’un référendum ouvert à tous les sassenageois. A d’autres époques, l’affermage était attribué au fermier qui déposait la plus grosse enveloppe financière à certains élus.
Cette fois-ci, les habitants seraient en droit d’être consultés, et de décider souverainement de choisir! Quelle est donc cette crainte du maire et de sa majorité pour refuser le verdict des sassenageois ?

Présents avec les riverains de l’antenne-relais sur Sasso-Marconi

L’antenne-relais prévue par SFR, au parc Sasso-Marconi est haute de 15 mètres, soit l’équivalent de 5 étages. Ce matin à 11H30, Chantal Duranton, Odile Belvèze et Michel Barrionuevo du groupe de rassemblement de la gauche étaient à nouveau, présents aux côté des riverains de l’association « vivre à Sassenage ».
Le groupe SFR avait mandaté une entreprise de sous-traitance pour effectuer les métrés, en vue du redémarrage des travaux, c’était sans compter sur la mobilisation d’hostilité à cette implantation, en ce lieu.
Les 25 présents ont enregistré, la promesse du seul représentant de la majorité municipale, indiquant qu’à chaque démarrage de travaux, sur le parc, un arrêté du Maire pour atteinte à l’ordre public serait pris, afin de contraindre SFR à accepter l’implantation dans un autre lieu.
Si les choix imposés pour l’implantation de cette antenne-relais, par le Maire et sa majorité, le 28 juin 2007 avaient été l’écoute des propositions des élus de gauche, nous n’en serions pas là!