Sassenage en Pages

Un autre regard (mars 2017)

Si vous n’avez pas trouvez d’informations dans le magazine Sassenage en Pages sur :

– Le taux d’intérêt pour l’année 2016 de l’emprunt toxique Dexia indexé sur le franc suisse à plus de 19%

– Le montant par habitant de l’investissement communal pour 2017 et sa comparaison avec les communes de même strate, moins de 60€ par habitant à Sassenage contre 270€ à l’échelle nationale

– La décision du maire, et de lui seul, de décembre 2016 de renouveler pour un an la convention avec sa fille, relative au logement communal d’urgence …qu’elle occupe depuis juillet 2014

– Notre proposition de construire un véritable centre de loisirs à la place du centre aéré Vercors situé dans une école et devant laquelle passent environ 14 000 véhicules par jour.

– La décision de la municipalité de fermer le centre aéré des Pies soi-disant à la demande des parents (voir extrait de l’enregistrement audio du conseil municipal du 07/02/17)

C’est sans doute ce que le Maire, dans son histoire de clous empruntée à Confucius, a dénommé « mensonge et médisance » dans le Sassenage en Pages de février 2017 pour critiquer l’action des élus de l’opposition !

Alors n’hésitez plus, allez sur notre site internet www.sassenage.net

Vous y trouverez un autre regard sur les informations municipales, avec non seulement le texte officiel des délibérations, nos interventions mais aussi des extraits des débats !

Prévoir aujourd’hui les aménagements de demain (février 2017)

Lors des débats sur les orientations d’aménagement de ce futur plan, notre groupe est intervenu principalement sur deux points :

– les déplacements avec : la concrétisation attendue d’un transport en site propre sur l’avenue de Romans et de Valence, la voie de contournement, la création de parkings relais en bout de lignes de tramway et notamment au terminus de la ligne B sur la presqu’île scientifique, l’installation de stations de véhicules électriques partagés sur notre commune.

– L’offre médicale avec notre souhait de voir étudier l’implantation d’un pôle médical de type
clinique sur la rive gauche du Drac permettant plus particulièrement une prise en charge des urgences pour les habitants de nos communes.

Dans cette phase de concertation, il est important d’être force de proposition et la parole de Sassenage doit être portée et entendue au sein de la Métro. D’ailleurs chacun d’entre vous peut faire part de sa contribution sur le site de la Métro, rubrique Nous Connaître/PLU intercommunal.

Nous vous appelons à y participer !

Bonne et heureuse année 2017 (janvier 2017)

En 2016, nous avons traité dans cette rubrique différents sujets sensibles pour notre commune. Aussi au début de cette nouvelle année, nous formulons les vœux suivants :
– nous aimons Sassenage, nous voudrions davantage nous investir dans la vie de notre cité. Malgré les refus réitérés, nous demandons à être pleinement associés aux projets avec la mise en place de commissions municipales pour mieux servir notre population.
– nous sommes favorables à la réalisation de logements pour répondre aux besoins, mais dans le même temps, ces constructions ne doivent pas introduire de nouvelles nuisances. Nous souhaitons une plus grande écoute des riverains et une anticipation des problématiques.
– en juin 2015, le maire organisait une consultation citoyenne sur les transports à Sassenage. Depuis, aucune nouvelle. 2017 doit être l’année de l’amélioration de l’offre de transports en commun sur Sassenage avec un bus en site propre.
– en 2017 aura probablement lieu le procès en appel concernant les emprunts toxiques. Nous espérons une issue positive afin que les contribuables sassenageois n’aient plus à subir les conséquences des erreurs passées.
– le mois dernier, une 7ème démission, celle de Dominique Izzo, a eu lieu au sein de la majorité. Il est impératif que la majorité se ressaisisse afin de défendre davantage les intérêts sassenageois et l’image de notre commune.

Et bien sûr, nous vous souhaitons à toutes et à tous une année 2017 pleine de bonheur partagé.

400 nouveaux logements avenue de la Falaise (décembre 2016)

Lors du dernier conseil municipal, nous avons découvert le projet de construction de 400 logements dont 30% de logements sociaux en lieu et place de la société GLD.
Jusqu’au 15 décembre, chacun d’entre vous peut se rendre au CTM afin de prendre connaissance de ce programme et donner son avis.
Nous n’avons pas été associés à ce projet, en effet, toutes les commissions de travail ont été supprimées en 2014.
Nos interrogations portent sur l’impact de ces 400 nouveaux logements sur:
* la circulation à Sassenage (500 à 600 véhicules supplémentaires). Depuis la consultation des Sassenageois qui ont voté pour le tramway en juin 2015, le maire n’a obtenu aucune avancée à ce sujet
* les effectifs des écoles et notamment du collège Fleming qui est au maximum de ses capacités. Sur ce point, le maire répond que les élèves Sassenageois pourront être scolarisés dans les deux collèges de Fontaine qui disposent de places
* l’augmentation du taux de logements sociaux sur la commune. Malgré 400 logements supplémentaires, ce taux passera seulement de 10,9% à 12%, loin des 25% imposés par la loi. Est-ce la bonne stratégie pour réduire notre carence ?
Plus globalement, nous constatons encore une fois que l’urbanisation de Sassenage se fait, au gré des propositions des promoteurs, sans vision à long terme. Nous nous positionnerons sur ce projet en fonction des réponses que nous obtiendrons.
N’hésitez pas à nous contacter à ce sujet: groupe@sassenage.net

Hommage à Alain Charvier (novembre 2016)

Beaucoup d’émotion et de tristesse à l’annonce du décès de notre ami Alain Charvier qui s’est battu avec courage et optimisme contre cette maladie sournoise.
Instituteur et directeur d’école à Sassenage durant de nombreuses années, Alain a également été élu au conseil municipal dans la majorité comme dans l’opposition.il fut d’abord adjoint à la culture de 1995 à 2001 sous le mandat de son ami Alain Chaplais, période où il a participé avec passion à la création de l’école de théâtre. Puis, conseiller municipal de 2001 à 2008, où il s’illustra notamment comme un ardent opposant à la mise en place des emprunts structurés dits “toxiques ».
Au-delà de ces fonctions, il était avant tout un compagnon de longue date, fidèle, toujours prêt à s’investir activement pour la victoire de ses valeurs et de ses idées, à œuvrer pour la communauté, sans rien attendre en retour. Ensemble, nous avons eu des satisfactions et parfois des déceptions mais avec toujours cette foi militante qui nous habitait et nous permettait de rester combatifs. Notre groupe perd un ami et un sympathisant dévoué.
A présent, il nous reste tous ces souvenirs des moments passés avec les proches et les militants avec qui nous échangions, parfois vivement, mais toujours amicalement, au cours de repas ou de réunions passionnées et passionnantes.
Nous pensons très affectueusement à ses filles et à toute sa famille. Un grand MERCI Alain. Nous ne t’oublierons pas.

Construction d’une salle de réunion aux Côtes : une occasion manquée (octobre 2016)

Nous avons découvert dernièrement le projet de construction de 11 logements sociaux ainsi que d’une salle de réunion en lieu et place de l’ancienne école des Côtes.
Lors de la présentation, le maire a indiqué que cette salle de réunion serait destinée uniquement aux réunions (associations, copropriétés) soit 3 ou 4 fois par mois et qu’elle ne serait en aucun cas dédiée à des activités régulières comme l’était l’ancienne salle des Côtes.
Nous avons alors proposé que cette salle soit construite dans le périmètre de l’école Rivoire de la Dame afin que les élèves puissent profiter de cette structure pendant le temps périscolaire voire scolaire.
En effet, le besoin d’une salle supplémentaire est criant pour cette école d’autant que les effectifs vont certainement augmenter avec la construction du Domaine de Beaurevoir et du projet de 11 logements sociaux. Aussi, il nous semblait intéressant de pouvoir disposer d’un nouvel espace pour les activités des élèves en journée et de réserver cette salle au milieu associatif et aux copropriétés en soirée.
Sans même l’étudier, le maire a immédiatement rejeté notre proposition lors du dernier conseil municipal.
Comment une telle dépense pour une utilisation si faible des locaux est-elle possible ? N’avions-nous pas là, une occasion de répondre à la fois aux besoins des associations et des écoles ? Nous regrettons cet usage peu réfléchi de l’argent des contribuables.

260 000 € à l’eau ? (septembre 2016)

Le Dauphiné Libéré nous a appris dernièrement que le maire avait décidé de fermer le club de Ball Trap situé aux Côtes de Sassenage alors même que 260 000 € de travaux venaient d’être réalisés pour ce dernier (source: DL 5 juin 2016).
Comme beaucoup de Sassenageois, nous nous interrogeons sur cette dépense.
Pourquoi avoir englouti 260 000 € d’argent public en 2015 afin de raccorder le Ball Trap, sans aucune demande de sa part, au réseau d’eau pour ensuite fermer le club quelques mois après la réception des travaux ?
A quoi sert cet investissement ? Malgré nos questions, nous n’avons pas obtenu la moindre réponse.
Notre commune déjà empêtrée dans les emprunts toxiques et ses lourdes conséquences financières n’a pas les moyens de « jeter l’argent par les fenêtres ». Plus que jamais chaque euro d’argent public dépensé doit être un euro utile pour les Sassenageois. Force est de constater que ce n’est pas le cas.
Depuis 3 ans, nous réclamons un plan prévisionnel d’investissement qui permettrait de planifier les projets jusqu’à la fin du mandat, de donner de la visibilité sur les finances communales aux partenaires associatifs, de prévoir et de solliciter des subventions extérieures.
Mais contrairement aux autres villes, ce plan n’existe pas à Sassenage. Naviguer à vue peut être une stratégie à court terme mais ne pas avoir de cap dans une période pour le moins agitée peut aboutir au naufrage. Il nous appartient de tirer le signal d’alarme.

Toxiques (été 2016)

Le maire a perdu son procès contre Dexia en 1ère instance. Vous pouvez consulter l’intégralité du jugement public sur le site www.sassenage.net ce qui vous permettra d’apprécier par vous même l’entêtement du maire et l’absurdité de ses attaques contre les élus d’opposition.
En effet, ceux qui condamnent ses choix sont accusés de faire le jeu de Dexia .
Comme si Dexia avait besoin de qui que ce soit pour obtenir des documents publics que l’on trouve en un clic sur internet.
Comme si le maire ne portait pas la responsabilité d’avoir entrainé sa majorité et les Sassenageois dans le mur.
D’ailleurs pourquoi n’indique-t-il pas aux Sassenageois que le jugement précise que, dès 2008, les élus d’opposition l’avaient alerté sur la nature toxique de ces emprunts (page 16 du jugement alinéa 6) ?
Mais non, M.Coigné a toujours raison et décide seul.
Comme en 2007 lorsqu’il a signé ces emprunts. Comme en 2009 lorsqu’il les a renégociés et qu’il a persisté malgré les avertissements de la chambre régionale des comptes. Comme en 2015 en décidant sans débat de rejeter le soutien de l’Etat.
Qu’importe si chaque année, nous devons geler près d’1 million d’euros pour faire face. Qu’importe si les tarifs municipaux s’envolent. Qu’importe si tout le patrimoine communal est vendu. Qu’importe si les projets tombent à l’eau (Bee o top, voie de contournement, hôtel…) Qu’importe si des adjoints et des cadres quittent la mairie. M.Coigné est maire depuis 15 ans mais n’est responsable de rien.

Une majorité municipale éclatée (juin 2016)

Et de 3. Après la démission de deux adjoints, cette fois-ci, c’est l’adjointe à l’animation qui s’est vu retirer sa délégation par le maire. Pourtant active sur le terrain et dévouée à sa tâche, Sandrine Vitali a sans doute été victime de rivalités internes très fortes qui s’étalent peu à peu au grand jour.
En 2 ans de mandat, un tiers des adjoints a déjà quitté l’équipe municipale. A cela s’ajoute une longue liste de départ de cadres de la mairie. A tel point qu’un rapport (à 15 000 euros) a été commandé à un cabinet d’audit pour tenter de comprendre le malaise du personnel municipal et l’absentéisme important qui en découle.
Que se passe-t-il ? M.Coigné trop absent de sa commune pour cause de cumul (maire, conseiller départemental, vice-président du Département, conseiller à la Métro, président d’Isère aménagement, président d’un parti politique…) ?
Une impossibilité de débattre face à un maire qui a du mal à accepter le moindre avis contraire et qui a la décision très solitaire ?
Une guerre de succession déjà entamée avec des appétits que certains ont grand mal à cacher ?
Les enjeux auxquels doit faire face notre commune, notamment sur le plan financier, méritent une équipe unie qui devrait s’atteler à mettre en œuvre le programme pour lequel elle a été élue.
Avec ces démissions, chacun peut constater que ce n’est pas le cas. Est-ce à l’opposition de rappeler à la majorité que le collectif doit primer sur les ambitions personnelles ?

L’envers du décor (mai 2016)

Ce journal municipal sera largement consacré au budget avec sans aucun doute une présentation très avantageuse de la situation financière communale.
Dans les faits, il est prévu environ 1 million d’euros d’investissements nouveaux sur notre commune essentiellement pour entretenir des équipements existants.
Les dépenses d’équipement qui traduisent l’investissement de la commune sont deux fois moins élevées que dans les autres communes de même strate.
Les subventions attendues diminuent de 49% ce qui interroge sur les capacités du nouveau conseiller départemental à demander et obtenir des aides du Département… Mais quand on n’a pas de projet global pour sa commune, il est effectivement difficile d’obtenir des subventions.
En effet, alors que la plupart des communes de plus de 5 000 habitants prévoient un plan d’investissement sur 3 ans, à Sassenage nous n’avons aucune visibilité à moyen terme. « Gouverner c’est prévoir » écrivait Emile de Giradin…Mais à Sassenage, point de prévision. Uniquement des annonces et des projets qui ne voient jamais le jour (hôtel Laporte, jardins familiaux, projet Bee o Top, voie de contournement).
Quant à la gestion rigoureuse, 2 exemples récents interrogent : un rapport commandé à un bureau d’études sur l’absentéisme du personnel qui a coûté près de 15 000 euros, et des procès perdus par la ville contre son propre personnel municipal avec lors d’un dernier jugement pour licenciement abusif une indemnité de 13000 euros versée.

Du rôle de l’opposition (avril 2016)

Lors du dernier conseil municipal consacré aux orientations budgétaires, nous avons proposé de travailler avec la majorité sur les jardins familiaux, dossier au point mort et sur l’amélioration de la restauration collective pour les élèves de nos écoles.
Le maire a immédiatement décliné notre proposition. Au-delà de ce refus caractéristique, il est très compliqué pour les élus d’opposition de contribuer normalement aux débats et à l’élaboration de projets.
En effet depuis mars 2014 :
-les commissions municipales ont été supprimées. Lors des précédents mandats, les projets étaient présentés durant ces commissions et chaque élu pouvait y contribuer.
-la présence des élus d’opposition aux conseils de secteur est interdite.
-les dates des réunions publiques ou des manifestations associatives ne nous sont, pour la plupart, plus communiquées, en dehors des commémorations où nous sommes exceptionnellement invités.
-nos rares demandes de communication de documents administratifs (grand livre comptable, factures ou études) aboutissent difficilement avec des délais parfois de plusieurs mois.
En fait, le seul droit accordé à l’opposition par cette majorité est celui de poser des questions au maire à chaque fin de conseil municipal soit 8 fois par an avec obligation de transmettre ces questions 48h à l’avance.
Difficile dans ces conditions de mettre en œuvre, dans un climat serein, notre vision de l’opposition: informer, proposer, alerter et contrôler.

Transports en commun : des études lancées dès 2016 (mars 2016)

Lors du dernier conseil de la Métro, Yannick Belle, élu de notre groupe, a proposé un amendement au projet Métrocâble afin que soient lancées dès 2016 les études pour un bus sur voie réservée sur les avenues de Romans et de Valence.
Tous les maires de la rive gauche du Drac, de Seyssins à Veurey, même Denis Roux, suppléant de Christian Coigné au Département ont voté cet amendement. Seul le maire de Sassenage et son groupe politique ont voté contre cette proposition pourtant réclamée par de nombreux Sassenageois.
Enfermé dans une logique politicienne, M.Coigné multiplie les positions contradictoires en matière de transports en commun : lors de cette séance à la Métro, M.Coigné s’est abstenu sur le projet câble alors que son adjointe a voté contre tant et si bien que personne n’a compris la position de la commune. Cette attitude dessert fortement Sassenage et les projets pour fluidifier les déplacements. 15 ans après son arrivée à la tête de la mairie, aucune avancée n’a été obtenue et la circulation ne cesse d’augmenter sur notre commune. Le maire se contente de le constater et d’accuser les autres collectivités.
Grâce à l’amendement proposé par Y.Belle et à la décision du SMTC, les études pour un couloir réservé aux bus seront lancées dès 2016, indépendamment du projet câble. Nous nous en réjouissons tout en regrettant l’état d’esprit de M.Coigné dans ce débat d’intérêt général qui aurait dû dépasser les clivages politiques.

Pour une restauration scolaire publique et locale (février 2016)

La restauration scolaire ne doit pas être vue uniquement par la commune comme une contrainte financière. Elle doit être, selon nous, le reflet des objectifs d’une municipalité en matière d’alimentation, d’environnement, d’éducation, de soutien à l’économie locale.
Depuis 2014, nous proposons que soit étudiée la possibilité de réaliser une cuisine centrale publique à l’échelle des communes volontaires de la rive gauche du Drac qui préparerait des repas issus de l’agriculture locale.
En travaillant ensemble, nos communes pourraient créer un potager intercommunal capable d’approvisionner cette cuisine centrale et de fournir tout ou partie de l’alimentation de nos enfants à l’école ou en crèche mais aussi de nos seniors qui se font livrer des repas.
Des villes de différentes tailles ont déjà mis en place avec succès ce service public de restauration scolaire et Sassenage à la chance d’avoir encore des terres agricoles. Les avantages de cette proposition seraient nombreux et concrets : soutenir nos producteurs, créer de l’emploi local, préserver notre foncier agricole, proposer des produits frais de nos terroirs pour une meilleure alimentation, développer les actions pédagogiques avec les enfants… et sans doute permettrait d’alléger la facture des familles et des contribuables. Si vous souhaitez échanger avec nous à ce sujet ou apporter votre contribution, n’hésitez pas à nous contacter à : groupe@sassenage.net

Les vœux du groupe Agir pour Sassenage (janvier 2016)

Pour 2016 et les années à venir, nous souhaitons que les affaires de la commune soient gérées avec transparence. Que les décisions soient guidées par l’intérêt général et jamais par des intérêts privés. Que les logements appartenant à la commune soient attribués avec des critères qui ne soient pas liés à la proximité avec le maire.
Nous souhaitons que Christian Coigné assume ses choix, ses erreurs, sans se défausser: affaire Dexia dont les taux d’intérêts du prêt indexé sur le franc suisse sont aujourd’hui  de  19,05%  et  carence en logements sociaux qui coûte aux contribuables 150 000 euros de pénalité par an.
Nous souhaitons et demandons plus de respect de la part du maire, notamment lors des conseils municipaux (voir extraits du CM du 5/11/15 sur le site internet du groupe « Agir pour Sassenage »). Nous devons pouvoir participer aux réunions de quartier, à l’accueil des nouveaux Sassenageois et plus généralement être conviés comme les autres élus à l’ensemble des événements.
Enfin, et ce devrait être évident, nous souhaitons avoir communication des documents demandés (études, factures, état du parc locatif…) afin de pouvoir travailler les dossiers avec tous les éléments nécessaires.
La liste est trop longue…
Notre dernier vœu sera bien sûr pour les Sassenageois :
Bonne et heureuse année 2016 à vous toutes et à vous tous !

C’est la faute à… (décembre 2015)

Les déclarations et écrits du maire se suivent et se ressemblent. Tous les problèmes de la commune de Sassenage viennent de l’État, de Paris, du Conseil Régional, du Conseil Départemental (jusqu’à son élection en mars 2015 évidemment), de la Métro, bref des autres.
Que notre maire arrête de reporter toutes les difficultés de la commune sur l’Etat, la Métro… c’est trop facile et surtout pas crédible après 14 années de mandat.
Est-ce l’Etat, la Métro, ou le maire qui a contracté les emprunts toxiques sassenageois ? Qui est responsable de la situation financière critique de la commune ?
Est-ce l’Etat, la Métro ou le maire qui ne respecte pas depuis des années la loi sur les logements sociaux avec aujourd’hui une obligation de construire massivement et de payer chaque année une lourde pénalité ? Seules 3 communes en Isère ont été déclarées en carence et Sassenage en fait hélas partie.
Qui peut croire que la Métro a fermé l’office de tourisme de Sassenage sans accord de la mairie qui souhaite par ailleurs récupérer les locaux ?
Le rôle d’un élu est d’assumer ses responsabilités, d’avoir une vision pour sa commune, de la partager …et non pas de toujours accuser un « système ». Car lorsqu’on est maire, conseiller départemental, vice-président du Conseil Départemental, président d’Isère aménagement, président d’un parti politique, conseiller métropolitain…avec de multiples indemnités, n’est-on pas soi-même au cœur du système qu’on prétend dénoncer ?

Du rififi à la Mairie ! (novembre 2015)

11 septembre 2015, réunion élus/personnel, le maire prie l’élu de notre groupe qui suit les questions liées au personnel de quitter la salle, c’est intolérable !
Lors de cette rencontre, le sujet majeur est l’absentéisme élevé du personnel, à tel point qu’une étude a été commandée à l’agence KPMG.
Pourquoi un tel absentéisme ? D’où provient ce malaise ? Les faits se multiplient :
– il y a 3 ans, un cadre de notre commune a été écarté par le maire, qui voulait s’en débarrasser, puis mis à disposition du centre de gestion de la fonction publique, son salaire restant financé par le contribuable sassenageois ! La collaboratrice a saisi le tribunal administratif. A suivre…
-un des directeurs adjoints des services ainsi que le responsable environnement viennent de quitter la commune.
– enfin, l’actuel directeur général des services est débarqué et sera remplacé prochainement.
A cela s’ajoutent la démission de 2 élus de la majorité et un maire de moins en moins présent qui confirme son statut de professionnel de la politique en cumulant une dizaine de mandats, fonctions et présidences.
Oui, il y a un véritable malaise au sein de la mairie. Nous nous inquiétons des conséquences humaines et financières des décisions en matière de gestion du personnel alors que nos finances sont plus qu’inquiétantes et ce malgré la vente massive du patrimoine communal. Chacun est en droit de protester contre ces méthodes et contre cette utilisation des impôts des Sassenageois !

Favoritisme à la Mairie (octobre 2015)

Notre stupéfaction a été grande lorsque nous avons découvert que le maire a attribué personnellement cet été un logement communal d’urgence (T4) à sa fille.
Cette décision est d’autant plus inadmissible que notre ville est en situation de carence sociale et que M.Coigné est vice-président du Département en charge du logement !
Nous ne pouvons pas cautionner ces dérives ! Nous ne comprenons pas comment la majorité peut accepter cela et nous rappelons que chacun siège au sein du conseil municipal pour défendre l’intérêt général et certainement pas pour servir des intérêts particuliers.
En guise de réponse, le maire a indiqué qu’il n’y avait pas de critères d’attribution pour ces logements ce qui veut dire que M. Coigné décide selon ses propres critères… et a osé affirmer qu’il n’y avait aucune autre demande de logement communal sur Sassenage (!!!). Rappelons ici que plus de 300 Sassenageois sont en attente d’un logement social…
Nous sommes sidérés que le maire et la majorité ne réalisent ni la gravité de ces actes ni l’impact de ce type de décision sur les politiques en général et sur ceux qui sont dans le besoin et qui n’ont pas obtenu de logement communal (voir notre blog agir pour Sassenage).
Aussi pour contester solennellement cette décision et pour, peut-être, éveiller certaines consciences, nous avons quitté le conseil municipal et décidé de saisir le Procureur de la République et le Préfet de l’Isère pour prise illégale d’intérêt.

Besoin d’un logement ? Contactez le Maire (septembre 2015)

Comment se fait-il que la famille P a bénéficié d’un logement d’urgence à l’école Rivoire de la Dame d’avril 2013 à juin 2015 (décision du Maire N° 2013-039 et N°2014-032) avec un loyer inférieur aux prix du secteur privé, alors que pendant le même temps, elle faisait construire une villa de plus de 160 m2 sur Sassenage ?
Rappelons que la ville de Sassenage est propriétaire d’une vingtaine de logements communaux, couramment appelés logements d’urgence. Ils sont attribués par le Maire et lui seul (dans d’autres communes, une commission se réunit régulièrement pour étudier les dossiers des demandeurs). Lors du conseil municipal du 28 mai dernier, les élus de l’opposition ont demandé à M. Coigné quels étaient les critères d’attribution de ces logements. Mme Brites, adjointe, a répondu que pour bénéficier d’un logement communal, le premier critère était les conditions de ressources et le second était le caractère d’urgence de la demande.
On doute sérieusement que la situation de la famille P réponde à ces 2 critères.
Si dans la pratique, la grande majorité de ces logements est attribuée à des familles en situation difficile (séparation, perte d’emploi, violences conjugales,…), il nous appartient toutefois de dénoncer les abus constatés.
Vu la situation économique et sociale, qui croira le Maire s’il ose affirmer qu’il n’y a eu aucune demande de logement d’urgence pendant plus de 2 ans, ou que toutes les demandes ont été satisfaites ?

Consultation sur les déplacements (été 2015)

En mars 2014, C.Coigné promettait l’organisation d’un référendum sur les déplacements à Sassenage, qui se réduit, 15 mois après, à une simple consultation proposée sans aucune concertation avec le SMTC. Contrairement au référendum, la consultation n’offre aucune garantie de confidentialité et de contrôle sur son organisation et sur ses résultats. Les Grenoblois ont pu à l’époque s’exprimer par référendum, pourquoi pas les Sassenageois?
Le maire, une nouvelle fois, ne tient pas ses engagements pris pendant les municipales.
En outre, il oppose « Bus sur voie réservée » et Tramway, sans autre alternative. Si le Tramway est une solution à long terme, face à l’asphyxie de Sassenage, il est impératif de trouver une solution à court terme qui passe nécessairement par l’aménagement d’une voie réservée aux bus. Il est regrettable d’opposer ces 2 solutions complémentaires.
Depuis 14 ans, Sassenage n’a connu aucune avancée en matière de déplacement alors que d’autres communes, de gauche comme de droite, ont obtenu des réalisations concrètes. Les changements de position incessants de C. Coigné sont lourds de conséquences. Aujourd’hui encore, sa position est toujours floue. Quant à la consultation, elle a été organisée à la va-vite avec une seule réunion d’information à laquelle ont assisté 20 personnes et aucune possibilité pour ces dernières de faire modifier les questions proposées pour les rendre plus cohérentes, le questionnaire étant déjà figé

Merci pour cet engagement ! (Juin 2015)

Nous tenons à remercier sincèrement Yannick Belle, conseiller général sortant, pour le travail effectué sur le canton et sur notre commune. Son engagement, sa disponibilité, sa présence sur le terrain, notamment au niveau des événements sportifs, ont été appréciés par de nombreux Isérois.
Le Département a fait beaucoup pour notre commune. Des projets attendus depuis de nombreuses années ont abouti : construction du collège Fleming, réalisation du centre de secours, ouverture du pont- barrage… Le travail de notre conseiller général sortant a porté ses fruits. Sans oublier les subventions accordées pour la réalisation de multiples projets associatifs. De nombreux représentants des associations sassenageoises l’ont d’ailleurs chaleureusement remercié pour son aide précieuse tout au long de ces 8 années de mandat.
Nous souhaitons à présent que M. Coigné, nouvellement élu, puisse avoir le même engagement. Ce ne sera pas facile de se consacrer à ses fonctions de maire, de conseiller départemental, de président de l’OPAC, de président d’un parti politique, de président de la société Isère aménagement… Lui qui disait lors des municipales : « Je ne souhaite plus avoir d’autres intérêts que ceux de Sassenage à gérer. Cela m’occupe de 7h du matin à 22h le soir, sans que je ne puisse tout faire ». Encore une belle promesse non tenue par ce nouveau champion du cumul des mandats et des indemnités.
Florence, Michel, Véronique, Pierre-Manuel et Béatrice

À la diète ! (Mai 2015)

Malgré des taux d’imposition communaux inchangés, différents artifices ont été utilisés pour accroître la contribution des Sassenageois : abattement à la base réduit de 15 à 5%, doublement de la taxe électricité et fin 2014, augmentation des tarifs municipaux entre 43 à 83%. Du jamais vu !
Ainsi, la redevance supplémentaire demandée aux familles et aux usagers de notre commune a représenté sur les 4 derniers mois, la bagatelle de 84 476€.
Cet effort important supporté par les familles devrait aller de pair avec a minima un maintien des services à la population et des subventions. En 2015 les subventions passent de 306 581€ à 274 297€ soit une baisse de 32 284 euros. La subvention communale aux projets pédagogiques est passée de 18 500€ à 10 000€. L’aide communale moyenne sur les projets avec nuitées était de 67,55€ par élève en 2014, cette année, cette moyenne est réduite à 14,95€. Pour permettre aux enseignants d’établir leurs budgets, nous avons demandé qu’une somme égale par élève soit établie. Cette proposition a été rejetée ! L’école et les familles ne sont pas les priorités de cette municipalité.
En ce qui concerne les subventions à la vie associative, 2 associations voient leurs subventions diminuer : la société Mycologique de Sassenage subit une baisse de plus de 45%. Quant à l’association académie de danse Corps et Graphie sa subvention est rognée de 10 000€ soit une baisse de 15% et une nouvelle diminution a été annoncée pour 2016.

Une question d’intérêt général (Avril 2015)

Lors du conseil municipal du 18 décembre 2014, il a été adopté le transfert dans le domaine public de 3 voies du Domaine de la Dentellière (situé face à la crèche et la médiathèque).
L’ensemble des élus de notre groupe a voté contre cette délibération. Pourquoi ?
Certainement pas pour nous opposer aux copropriétaires de cette résidence mais parce qu’en tant qu’élus nous devons veiller à l’intérêt général et cette délibération nous interrogeait sur ce point.
Sur le fond tout d’abord. Pourquoi mettre à la charge de la collectivité et du contribuable les travaux d’entretien de ces voiries, l’éclairage public, la pompe de relevage alors que la configuration et l’étroitesse des rues ne justifient pas à notre sens ce transfert ? D’autres voiries de copropriétés qui ont également des rues « traversantes » n’ont pas été pour autant reprises par la commune.
Sur la forme ensuite. M . Coigné est copropriétaire de cette résidence. Néanmoins, il a défendu cette délibération, a animé les débats, a répondu aux questions des élus et a refusé de quitter la salle bien qu’il y ait été invité. Lorsqu’un élu a un intérêt privé dans une affaire traitée par le conseil municipal, des règles strictes doivent être appliquées. Cela n’a pas été le cas.
Pour ces raisons, et au nom de l’intérêt général, notre groupe s’est opposé à cette délibération et a saisi le 17 février le Tribunal Administratif de Grenoble afin que ce dernier se prononce sur la légalité de celle-ci.

Emprunts toxiques : des conséquences dramatiques pour les finances communales (Mars 2015)

En 2007, le maire a décidé seul, de renégocier 75% des emprunts de la commune avec la banque Dexia. Il a souscrit deux prêts à taux variable de 4,5 millions d’euros sur plus de 35 ans, l’un indexé sur la livre sterling et l’autre sur le franc suisse.
Or, la banque nationale suisse a décidé mi- janvier 2015 de mettre fin au taux plancher du franc suisse fixé à 1,20 CHF en 2011. Aussitôt, la valeur de cette monnaie a augmenté de 21% par rapport à l’euro. Cela va avoir des conséquences lourdes pour le budget communal.
Au 31 décembre 2015, le montant du capital de l’emprunt « suisse » restant dû par la commune sera de: 3 915 810,50€
Avec une parité franc suisse/Euro à 0,9417 (parité actuelle), 1 155 755,27 € d’intérêts devraient être provisionnés sur le budget et non plus les 600 000 € comme les années précédentes. En outre, rien ne dit que le franc suisse ne va pas augmenter d’ici la fin du prêt.
Les 555 000 euros d’intérêt supplémentaires qui devraient être inscrits au budget 2015 seront-ils trouvés dans la vente des terrains communaux (projet immobilier Be O Top), une nouvelle augmentation des activités municipales voire des impôts (déjà parmi les plus élevés de l’agglo)?
En savoir plus : www.sassenage.net, rubrique emprunt toxique. Écoutez les enregistrements audio des conseils municipaux de 2007 et 2010. Chacun pourra juger les propos du maire et de son adjoint aux finances, c’est édifiant.

OUI à la liberté (Février 2015)

En ces premiers jours de janvier, la République a été frappée en son cœur par des attentats meurtriers d’une extrême violence qui ont causé la mort de 17 de nos compatriotes.

Journalistes à Charlie Hebdo, policiers, agent de maintenance, clients d’un supermarché : tous ont été la victime du fanatisme qui voulait mettre à genoux notre pays et les valeurs auxquelles nous sommes tous profondément attachés comme la laïcité, la liberté, l’égalité et la fraternité.

Dans une union nationale exceptionnelle et inédite, nous nous sommes levés par millions pour dire NON à la barbarie, à l’intimidation et aux amalgames et OUI à la liberté et à la démocratie.

Par cette tribune, nous, élus de la République, souhaitons rendre un vibrant hommage à l’ensemble des victimes de ces attentats.

Nous formulons le vœu que, à travers cette unité, les valeurs qui nous unissent forment un front uni face à la barbarie.

Nous sommes citoyens français, Nous sommes Charlie.

Pour en arriver là… (Janvier 2015)

Le 31 juillet dernier, le préfet de l’Isère a prononcé l’état de carence en logement social de notre commune. Sassenage n’a pas respecté ses engagements vis-à-vis du Plan Local de l’habitat.
Notre ville est passible d’une lourde pénalité de 700 000 euros équivalente à une augmentation de la pression fiscale de plus de 8% qui s’ajouterait aux 144 000 euros de pénalités annuelles.
Pour ne pas avoir à payer cette somme importante, le maire s’est engagé à construire massivement… En fait, il faut à présent rattraper soudainement ce qui aurait pu être fait différemment, progressivement et harmonieusement depuis 13 ans.
Nous avons constaté différents forages sur des terrains communaux particulièrement dans la zone des Iles entre l’étang de l’Ovalie et la piscine. Des programmes importants vont sans doute voir le jour dans ce secteur. Un secteur qui rappelons le, devait être le cœur du projet de ville « tourisme et sport » du maire avec notamment la construction du fameux hôtel. Un secteur que nous souhaitions maintenir entre nature et pratique sportive et où aurait pu être envisagée, par exemple, la construction d’une nouvelle piscine.
Si nous réaffirmons notre volonté que Sassenage respecte la loi en matière de logement social, nous déplorons qu’un manque de vision aboutisse aujourd’hui à cette urbanisation non réfléchie.
Et dire qu’il y a un an, le maire lançait sa campagne municipale sur le thème « je suis le rempart contre la bétonisation de Sassenage ».

On connaît la chanson (Décembre 2014)

Dans le journal municipal de novembre, Christian Coigné nous livre sur pas moins de 5 pages son regard sur l’actualité municipale.
Le maire commente ses regrets sur Isorg, sur l’hôtel, sur les dotations et les finances… avec une constante à présent bien connue: tous ses engagements non tenus ne sont pas de sa responsabilité. Non, la faute incombe toujours aux autres collectivités locales avec souvent des explications politiciennes et toujours très partielles.
Prenons l’exemple d’Isorg, cette entreprise innovante qui devait s’installer à Sassenage. Il aurait été normal d’informer les Sassenageois que la Métro a voté une subvention de 250 000 euros pour ce projet afin de faire baisser le prix du foncier et faciliter le développement de cette société. Ou encore d’indiquer qu’Isorg est issue d’un projet largement financé par le Conseil général, la Métro ou l’Etat (Leti/Minatec…). Enfin, il aurait été honnête d’avouer que la région Limousin qui va accueillir Isorg a pu bénéficier d’une prime importante d’aménagement du territoire (3 millions d’euros d’aide totale), prime auquel notre territoire n’est pas éligible.
Au final, nous conseillons au maire de faire moins de communication, moins d’effets d’annonce mais d’attendre quelques assurances sur les projets avant de se répandre dans la presse locale. Cela évitera des désillusions et des déceptions qui nuisent toujours à la crédibilité des politiques.
Nous vous souhaitons à toutes et à tous de joyeuses fêtes.

Promesses et promesses et promesses (Novembre 2014)

Souvenez-vous des Unes de précédents Sassenage en Pages : le maire de la commune proclamait haut et fort la construction d’un hôtel par Bernard Laporte sur un terrain de sport de la commune, cette vente devait permettre de financer en totalité la réalisation d’un nouveau terrain de sport en synthétique (coût de 600 000 €), ce projet est tombé à l’eau.
Puis, la société Isorg devait venir s’implanter dans la zone d’activité de Clémencière, renommée par le Maire, Vet’innov (Village des entreprises technologiques et innovantes), située derrière Carrefour Market. Dans le Dauphiné Libéré du 31 janvier 2014, M. Coigné annonçait la création de 300 emplois sur la commune et les sassenageois étaient invités à envoyer leur lettre de candidature directement en Mairie… Ce projet est tombé à l’eau.
Puis, beau et grand projet sur le domaine de Beaurevoir, construction de 199 logements par la société Vinci Immobilier. Un Projet Urbain Partenarial (PUP) a été signé entre la commune et le promoteur, il prévoyait des aménagements importants sur le groupe scolaire de Rivoire de la Dame. Faute d’une étude paysagère demandée par la Préfecture de Région, le permis de construire à été refusé. Sur le site internet de la société Vinci Immobilier, le programme du Domaine de Beaurevoir n’est plus disponible. Encore un projet porté par la municipalité qui tombe à l’eau.
Qui a dit que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ?

Une augmentation hallucinante des tarifs (Octobre 2014)

Contrairement aux engagements du candidat Coigné pris lors de la campagne des élections municipales, le maire a décidé cet été, sans aucune concertation,  de  faire payer certains services auparavant gratuits et d’augmenter sensiblement les autres.
En plus des tarifs de cantine et de garderie qui ont augmenté de 40 à 69% selon les quotients, il faut maintenant payer les Temps d’Activités Périscolaires, la garderie du mercredi matin, le ramassage  scolaire… Par exemple, 9 euros pour un repas d’enfant de maternelle en haut de la grille tarifaire paraît surréaliste mais l’augmentation de 86% pour ceux qui sont en bas de l’échelle (souvent des mamans seules) est inacceptable.       Sans oublier les hausses considérables, pour tous, des tarifs du centre Saint Exupéry, de l’école de musique, de la médiathèque et de la piscine.

Pourquoi ces hausses ? Certes, toutes les communes ont moins de recettes qu’auparavant  mais aucune n’a procédé à de telles augmentations. A  Sassenage, plus de 600 000 € d’intérêts  sont consignés chaque année dans l’attente du procès sur les emprunts toxiques soit 2, 5 millions € en 4 ans ! Et cet argent manque cruellement au budget communal.  Résultat : ce sont les familles sassenageoises  qui paient directement ces erreurs du passé.
Quant à la méthode, sans aucune concertation, on dit souvent que ceux qui  parlent le plus de démocratie participative sont ceux qui la pratiquent le moins…

Tourisme à Sassenage: y a t-il un pilote dans l’avion ? (Septembre 2014)

Depuis des années, la municipalité clame haut et fort qu’elle souhaite développer le tourisme à Sassenage à travers un projet de ville dédié.
Pourtant tous les actes de la majorité vont dans le sens inverse : Il avait été promis un hôtel, il ne verra pas le jour.
La gestion municipale du château devait être l’apogée du projet touristique. Cette gestion pour le moins épique s’est soldée par le licenciement du personnel et par une ardoise salée pour les contribuables Sassenageois (environ 400 000 euros).
A présent, le maire annonce dans les colonnes du Dauphiné libéré du 25 juillet dernier que les Cuves sont susceptibles d’être fermées et que finalement elles n’ont que peu d’intérêt ! Cette phrase lourde de sens ravira certainement les Sassenageois attachés à leur patrimoine et à une des 7 merveilles du Dauphiné.
Enfin, les restaurants du village, secteur qui devait être le cœur du développement touristique, doivent soudainement fermer leurs terrasses à 20h.
Où est la cohérence ? Le projet de ville touristique n’était-il qu’un leurre électoral ?
Force est de constater que ce projet se résume à ce jour à une aire de camping cars qui n’a quasiment aucun impact sur l’activité touristique et pour le coup peu d’intérêt pour nos concitoyens

Agir pour Sassenage: des élus à part entière (été 2014)
Dans les numéros des magazines « Sassenage en pages » d’avril, mai et juin, nous n’avons pu nous exprimer, malgré la loi sur les des droits de l’opposition. Après plusieurs interventions auprès du maire, ce droit est enfin respecté.
La liste « Sassenage à votre image » a recueilli 2093 suffrages et nous voulons remercier les Sassenageois qui ont permis l’élection des 6 élus composant le groupe « Agir pour Sassenage ».
Ce mandat municipal ne démarre pas dans la sérénité. En effet, les seules commissions dans lesquelles nous pourrons siéger sont celles rendues obligatoires, par la loi.
Les commissions scolaire, culture, sports, vie associative, etc… sont supprimées ! Nous regrettons d’être mis à l’écart de la vie de notre commune.
Des compétences municipales seront transférées à la Métro, en 2015, nous aspirons à donner notre opinion sur l’urbanisme ou à la voirie.
Que dire des choix opérés pour la commission communale des impôts directs ou du CCAS qui font la part belle aux familles des élus majoritaires, colistiers, anciens élus de droite ? La gestion d’une commune ne doit pas se faire par un clan en fonction de liens familiaux !
A Sassenage, les élus de l’opposition doivent cesser d’être considérés comme la cinquième roue du carrosse municipal. Elus, à part entière, nous sommes des représentants des Sassenageois avec un rôle incontournable pour le bon exercice de la démocratie. Nous restons disponibles pour assurer notre mission d’élus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 612 853 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.