Encore des antennes relais !

Monsieur le Maire,

En cette période de vacances estivales les Sassenageois sont quand même très attentifs à ce qui se passe sur leur commune.

De ce fait, nous sommes interpellés avec inquiétude sur des projets ou des réalisations d’installations d’antennes-relais par la société Bouygues dans des lieux habités et proches d’établissements scolaires.

1.       Pour le quartier de La Falaise deux antennes-relais ont, semble-t-il, ont  été installées à proximité de l’École des Pies, du Gymnase et des habitations sans aucune concertation de la population ni des élus

2.       Pour le quartier de Rivoire de la Dame une demande de travaux a été déposée dans vos services à la date du 7 juillet. Cela veut dire que la commune doit donner son avis avant le 7 août. Après cette date il sera trop tard pour une action concertée avec la population et les élus.

Nous ne pouvons que vous rappeler la forte hostilité que votre décision du 28 juin 2007 d’installer une antenne-relais SFR dans le Parc Sasso-Marconi avait soulevée et l’obligation qui vous avez été faite de renoncer à cette installation avec toutes les conséquences que cela aurait pu induire pour la commune et ses habitants.

Le conseil municipal du 15 septembre 2008 a voté à l’unanimité le refus de délivrer toute nouvelle autorisation de travaux pour l’implantation d’antennes relais  de téléphonie mobile à moins de 300 m d’équipements collectifs utilisés de manière continue ou d’habitations.

Le 29 janvier 2010 le conseil municipal a dû voter l’engagement des démarches utiles à la résiliation de la convention pour l’installation du relais de radiotéléphonie SFR par voie transactionnelle ou par décision unilatérale. A priori la Société SFR a abandonné purement et simplement son projet.

Nous ne pouvons que vous rappeler que le quartier de la Falaise entre bien dans le cas de la délibération du 15 septembre 2008 avec la proximité de l’école des Pies, du Gymnase et des habitations. Nous ne comprenons pas qu’une telle installation ait pu avoir lieu avec votre assentiment ou alors cette installation a été faite de façon illicite.

En ce qui concerne Rivoire de la Dame la situation est la même par rapport aux engagements de la même délibération. De plus, nous nous trouvons aux portes du Parc Régional du Vercors ce qui induit une vigilance supplémentaire.

Devant une telle situation, nous vous demandons expressément de surseoir à toute décision, d’organiser une réunion publique pour ces deux quartiers afin de recueillir l’avis des habitants et de présenter ces dossiers en conseil municipal avant toute décision.

Dans l’espoir d’être entendus,

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, nos sincères salutations.

Conseil municipal de Sassenage du 7 juillet 2011

16 délibérations pour ce Conseil municipal estival. Nous avons noté l’absence de réponses à un nombre important de questions posées !

1) Délégation de service public crèche, nous avons voté CONTRE:

Avec cette délibération, nous parvenons à la dernière phase de votre projet de partenariat Public-Privé, en ce qui concerne la future crèche de Sassenage.
Tout au long du processus, les élus du groupe de rassemblement de gauche n’ont cessé de militer pour  que la réponse à apporter aux sassenageois, soit un véritable service public, et non pas une consigne à bébé.
Les premières années de la vie sont primordiales: à qui fera-t-on croire que le secteur marchand se donnerait pour vocation de contribuer à cet épanouissement du bébé. Les actionnaires qui investissent attendent en retour de la monnaie sonnante et trébuchante, bref, tirer de cette activité des bénéfices.
Il n’y a qu’à regarder de façon très attentive, les deux projets privés que vous avez étudiés, ils parlent d’eux-mêmes: celui de ces deux projets qui a votre préférence est bien entendu celui qui est le moins onéreux.
Le projet Crèche attitude offre 11,3 salariés équivalents temps plein, c’est-à-dire 0,3 équivalents temps plein de plus que celui de maison bleue, avec des qualificatifs plus professionnels, et le tout à un coût salarial moindre de 8%.  Lire la suite …