Un livre d’étrennes : ” Sous la falaise le ciel est rouge”

Image

Le livre dit ” d’étrennes “, avait mis à la mode les livres “rouge et or” dorés sur tranche, vendus par les éditeurs peu avant les fêtes de fin d’année.
Mon livre ” Sous la falaise, le ciel est rouge ” possède une tranche rouge sans cette dorure qui donnait une allure royale aux livres. Il n’en reste pas moins un livre au visuel impressionnant à offrir pour ce début d’année.
Rempli d’émotions, il est susceptible de faire surgir des larmes aux yeux, en ce qui concerne la partie première d’une vie assez durement vécue, dès le décès de mon père. Mon caractère s’est forgé tout au long d’un parcours aidé par les franciscains, par le syndicalisme à la CGT et l’engagement politique au Parti communiste français, pour devenir la personne publique que beaucoup connaissent et apprécient.

Élu à Sassenage, Conseiller municipal ou adjoint, pendant plus de 43 ans j’évoque l’histoire de ma ville d’adoption au travers de mes années de mandats municipaux.
Ma vie est faite de défis, relevés dans une optique fraternelle de toujours faire passer les populations fragiles avant l’intérêt de ma propre personne. Je suis une personne entière, et il m’est impossible de penser autrement que par le partage et la justice due à tous.
Chacun pourra trouver en ce livre, une motivation qui l’aidera à avancer, à grandir. Toute personne a des ressources insoupçonnées à faire valoir, personnellement j’aime faire danser les mots au travers de poèmes.

Pour acquérir ce livre, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Vous pouvez vous déplacer, alors prenons rendez-vous, nous pourrons échanger autour d’un café et je dédicacerai un exemplaire en votre présence ;
  • Vous êtes loin, voir très loin de Sassenage, en utilisant le formulaire, faites-moi part de vos souhaits éventuels, je vous ferai parvenir votre exemplaire par voie postale ;
  • Vous n’êtes pas trop éloigné de chez moi et vous préférez que je vienne à votre rencontre, c’est possible !

À bientôt peut-être !

Superbes rencontres dédicaces 19 décembre 2020, autour du livre sous la falaise le ciel est rouge

La première édition de mon livre: “Sous la falaise le ciel est rouge”, a eu lieu le jour du premier déconfinement, le 11 mai 2020. Pour l’instant, j’ai déjà participé à des rencontres dédicaces, y compris à la médiathèque de Sassenage avec l’auteur du livre: “Sassenage en Dauphiné”, au début des années 2000, mais aujourd’hui, c’était mon baptême du feu.

Je suis l’auteur qui décline son œuvre !

Longtemps, des femmes et des hommes m’ont dit: “avec la vie qui a été la tienne, tu devrais écrire un livre”.

La distanciation à respecter ne m’a pas permis de faire un développement des grands axes de mon livre. Mais, Thibault Duport-Rosand, le correspondant du Dauphiné Libéré est venu à ma rencontre pour une belle photo de personnes intéressées par cette rencontre dédicace. L’article devrait paraître lundi ou mardi prochain.

Je citerai pêle-mêle, la trame d’une partie de mes échanges de cette matinée :

Marie-Christine, une Sassenageoise récente a été la première à faire l’acquisition de mon livre. Elle avait entendu parler de mes interventions et était désireuse de connaitre comment j’avais appréhendé mes différents mandats d’élu. Combien de temps j’avais mis pour écrire ce livre de 680 pages.

Lorsque l’on me demande où as-tu appris telle chose ou telle autre, souvent je suis obligé de dire : nulle part ! L’école, je n’y suis presque pas allé, à partir de mon propre ressenti, je construis mes réponses à une situation. Je suis un autodidacte, j’observe, je tente la réalisation, je fais et j’explique comment il faut s’y prendre.

J’ignore si la façon d’ordonnancer mon histoire, moi l’ouvrier est la bonne ou pas ! J’ai choisi de décrire ma vie dans l’environnement ambiant du moment. Mon premier souvenir remonte à avril 1954, j’en parle, mais je décris également qui était Justrabo de Sidi Bel Abbès, le seul Maire communiste en Algérie. En ce sens, mon livre ne reste pas seulement autobiographique, il devient historique.

Certes j’étais un bon élève d’école élémentaire qui à 11 ans et demi, s’est retrouvé dans la vie professionnelle en Algérie, dans un pays en guerre. J’ai pu retourner quelques mois à l’école, en France, dans la Creuse avant de me présenter pour passer mon Certificat d’Études Primaires, reçu avec mention et classé 6ème du département.

J’avais conservé des écrits anciens, parmi eux ceux qui me tenaient le plus à cœur étaient mes poèmes, j’en ai inclus 65 dans mon livre, dont le plus ancien date de 1962.

Je n’avais pas 14 ans, lorsque j’ai repris ma mission d’ouvrier en salaison. Le déchirement familial m’a conduit à connaitre la maison de redressement puis le foyer de semi-liberté, plus souple. Le pardon et le retour dans la cellule familiale, la boulangerie et à nouveau le déchirement qui m’a conduit à devenir pupille de la nation, à connaitre les franciscains.

Sans diplôme, vous n’êtes rien ! En 6 mois, j’ai appris en centre FPA, la menuiserie et j’ai obtenu mon CAP.

Ouvrier menuisier en usine, dans une petite entreprise, j’ai connu mai-juin 1968, mais pas du côté des barricades !

Mon service militaire dans l’infanterie de marine, Toulon, Fréjus avant d’aller sur Madagascar, un pays devenu indépendant en 1960, mais 10 ans plus tard,  les Français dictaient encore ce qu’il fallait faire ou pas.

Pendant l’armée, j’ai travaillé dans une usine de menuiserie ébénisterie tenue par des frères jésuites, en faisant 3 fois moins d’heures que les malgaches, je percevais plus du double, ce qui m’a révolté !

À mon retour de l’armée, l’ordre des frères mineurs m’a demandé de rejoindre l’agglomération grenobloise. Pour moi, Grenoble et l’Isère, c’était le froid et la neige, je n’aime pas beaucoup, c’est ainsi que j’ai découvert ce département.

La justice, la solidarité, l’égalité ne viennent pas de façon naturelle, les conquis il faut les obtenir, c’est pourquoi dès mon embauche chez Permali, j’ai adhéré à la CGT et ce syndicat m’a confié d’importantes responsabilités.

L’activité syndicale est importante, elle sera d’autant plus efficace si elle est accompagnée d’un engagement politique dans la société, c’est ainsi que j’ai adhéré au Parti communiste français qui à son tour m’a confié des responsabilités.

Parmi ces responsabilités, celle d’être un élu communiste dès 1977, comme Conseiller municipal Rapporteur de la voirie, transports et circulation. Mes mandats suivants se sont enchainés en 1983 dans l’opposition.

En 1989, André est présent pour en témoigner, au premier tour je conduisais une liste communiste de rassemblement. De 1995 à 2011, je devenais adjoint au Maire, puis depuis conseiller municipal d’opposition jusqu’en juin dernier.

Pas un seul élu actuel de la ville de Sassenage n’est venu à cette rencontre dédicace, je trouve cela dommageable. Oui, dans mon livre, je cite des synthèses de mes interventions et parmi elles, celles consacrées à ma vision des emprunts toxiques. Le 12 novembre dernier, la Cour de Cassation a renvoyé la ville de Sassenage à ce que j’avais senti le 28 octobre 2010, à propos de la décision N°112.  Oui, dans l’intérêt des Sassenageoises et Sassenageois j’aurai aimé avoir eu tort, moi le petit ouvrier de rien du tout ! Lorsque l’on perd, il faut payer.

Dans ce cadre, je remercie Marie, élue sous le mandat de Dominique Valeille, venue se faire dédicacer mon livre, elle a déclamé : ” Michel, c’est quelqu’un qui a toujours été droit que l’on soit d’accord ou pas avec lui ! “

Vous souhaitez offrir mon livre pour Noël, si vous êtes proches de Sassenage, c’est possible, rendez-vous sur le site: www.sassenage.net/livre , je vous le livrerai !

Le même lien est également possible pour un envoi postal, n’hésitez pas.

L’article publié dans l’édition du Dauphiné Libéré du 22 décembre 2020

19 décembre 2020 de 10H à 12H, Michel Barrionuevo dédicace son livre à la médiathèque l’Ellipse de Sassenage

L’excellent article du Sassenage en Pages de novembre, titré “le livre d’une vie”, devait annoncer sa séance de dédicace, mais compte tenu du confinement, aucune date n’a pu être mentionnée.

À compter de ce samedi, les commerces non essentiels, les bibliothèques, médiathèques, pourront à nouveau ouvrir leurs portes.

À 6 jours de Noël, le Samedi 19 décembre 2020 de 10H à 12H, dans le respect des gestes barrières, le public pourra participer à la vente-dédicace de son livre : “sous la falaise le ciel est ROUGE”, à la Médiathèque l’Ellipse de Sassenage.

Ce livre permet au lecteur de mieux cerner sa personnalité. Il décrit son parcours depuis son plus ancien souvenir, jusqu’en mars 2020.

Il a intégré un peu plus d’une soixantaine de ses poèmes écrits sur une période d’une cinquantaine d’années, des conséquences de la guerre, à l’expression amoureuse.

Son cheminement et ses actions sont décrites au travers de son enfance et de son adolescence difficile plongé très tôt dans le monde du travail.

Il a beaucoup appris à l’aune de sa partie de vie franciscaine, ensuite dans l’expérience du père de famille militant. Il est devenu un homme public dès son adhésion à la CGT, en soutenant les luttes au-delà du cercle de mon entreprise.

Son adhésion au Parti communiste français complètera sa réflexion sur la société.

À Sassenage, il est le premier élu à totaliser 173 trimestres de mandats : sous les municipalités de Roger Deschaux de 1977 à 1983, de Dominique Valeille de 1983 à 1995, d’Alain Chaplais de 1995 à 2001 et de Christian Coigné de 2001 à juin 2020. Sur ces 7 mandats, il a accompli 47 trimestres dans la majorité municipale et 126 trimestres dans l’opposition.

Reconfinement, les ventes-dédicaces annulées, commandez en ligne !

La crise sanitaire a conduit à l’annulation de la plupart des initiatives permettant aux auteurs de faire connaitre leurs créations.

Avec le reconfinement, les librairies sont fermées et les seules ventes qui peuvent se faire sont celles en ligne.

Parmi les auteurs·es, ceux qui ne sont pas dans les réseaux des grandes maisons d’édition ou bien de vente en ligne, comme Amazon ou la FNAC, sont les plus pénalisés.

Michel Barrionuevo faisait partie avec Bernard Vasseur des deux auteurs du salon du livre organisé par les sections de Vienne, Roussillon et Beaurepaire du Parti communiste français, qui devait se tenir à la salle des fêtes de Vienne les 7 et 8 novembre 2020 dans le cadre du centenaire d’avenir du PCF. Cette manifestation est annulée !

Il était prévu que l’exposition qui devait constituer la toile de fond de ce salon soit visible dans les locaux de la fédération de l’Isère du PCF, le nouveau confinement contraint à reporter cet évènement.

Sur Sassenage, une vente dédicace devait avoir lieu le samedi 28 novembre de 10H à 12H à la médiathèque l’Ellipse, qu’en sera-t-il, dès lors ou ce reconfinement va jusqu’au 1er décembre, le gouvernement a acté la fermeture des ERP de type S : bibliothèques, centres de documentation, médiathèques ?

Il reste disponible pour une nouvelle date !

Revenons au livre : “Sous la falaise le ciel est rouge”

Son auteur, Michel Barrionuevo vous entraine dans son enfance de fils d’un demi-ouvrier et d’une mère analphabète, et qui aurait aimé étudier.

Cette chance, il ne l’a pas eue, il n’a qu’onze et demi lorsqu’il sera plongé dans le monde du travail.

À treize ans, il a déjà exercé les métiers de garçon de chiotte, garçon boucher, serveur dans un bar.

Ses cris, ses révoltes, il les fait vivre en écrivant des poèmes.

Enfin, le retour à l’école pour quelques mois, il obtint son Certificat d’études primaires, et la vie professionnelle reprend, en salaison, vendeur de vêtements, en apprentissage de boulanger-pâtissier, et un CAP de menuisier.

Les conflits avec son beau-père vont lui permettre de faire une expérience religieuse chez les franciscains, ce sera pour lui l’éveil à la culture.

Son service militaire de 6 mois à Madagascar, sera l’occasion de nouvelles aventures.

Sa plus grande école sera l’action militante syndicale à la CGT depuis 1971, puis politique au Parti communiste français depuis 1974. L’école de la vie en fera un autodidacte.

Lorsqu’il crée une famille, il ne reproduit pas son passé, il innove.

L’école de la vie, c’est partir du réel tel qu’il est et non pas selon des formules apprises.

De 1977 à 2020, il effectue 173 trimestres d’élu communiste à Sassenage (Isère). 23 trimestres où il sera au sein du Conseil Municipal avec à la tête deux Maires socialistes (Roger Deschaux et Alain Chaplais), et 150 trimestres de Conseiller municipal d’opposition, avec deux Maires (Dominique Valeille et Christian Coigné).

En permanence, son action est guidée par la nécessité d’être utile, d’être une force de propositions et d’actions. Pour lui le communisme se construit au jour le jour et il veut y apporter sa pierre.

Dans ce livre, les différents chapitres s’égrainent au fil des ans de façon très précise, méticuleuse, un peu comme un historien. Lorsqu’il n’a pu dater très exactement, un fait, il y revient avec un retour sur la décennie.

Tour à tour, le lecteur découvre la transmission des souvenirs, en même temps que le contexte, la vie sentimentale, l’homme public, l’animateur de sites internet et de blogs politiques ou ludiques comme celui de la Société mycologique de Sassenage.

Pour se procurer le livre, il existe deux possibilités :

–      La première auprès de l’auteur, en utilisant le formulaire en ligne du site Sassenage.net, avec y compris possibilité de demander une dédicace pour 26€, tout compris.

–      La seconde sur le site Thebook édition, au prix de 26€ + frais expédition et préparation 8,95€, soit un total de 34,95€.

Sous la falaise le ciel est rouge : témoignages et réactions

Françoise D. : Félicitations Michel, moi qui n’aime pas particulièrement lire, je me régale avec ton chef-d’œuvre, j’adore ! Bravo pour tes poèmes, il faut avoir l’idée et surtout comme tu dis si bien, faire danser les mots.

Jocelyne T. : Je dévore ton livre. Moi, qui n’avais pas lu de livre depuis un an (santé). Je me sens concernée par la partie Fontainoise Sassenageoise. Que de personnes que j’ai bien connues! Rémy B. était un ami, mon mari a travaillé à Cometra, avec lui.
Suite de ma lecture. Je connaissais bien M. Noël C. ainsi que sa maman. Jérôme a été mon ancien élève. J’ai eu de ses nouvelles, par son papa, quand Rachel a commencé sa formation d’ATSEM, qui ne correspondait pas à ses études. Félicitations

Valène P. : Bonjour, je suis au chapitre “premières vacances”…bouleversant….cette enfance à la fois difficile de part la dureté de la figure paternelle…un certain inconfort et la dureté du monde du travail. Et pourtant un rien amusée cette jeunesse…quelques cailloux et cartons et hop. Quand on voie la jeunesse actuelle et ses caprices. Je suis en pleine lecture…les pages avancent comme la vie de ce jeune garçon a avancé….on apprend tellement de cette époque…de cette jeunesse qui à mon sens malgré les difficultés et le manque de confort avait tout pour devenir de vrais hommes avec une vrai morale. Bien plus dure maintenant d’élever nos enfants car la société est bien différente. On s’ennuie pas en lisant ce livre, on vit ces moments avec ce jeune garçon.

Philippe R. : Mes parents ont bien reçu le livre dédicacé. Ils te remercient. Ma maman est vraiment contente de ce joli cadeau. Surpris et ravi que tu cites l’histoire de l’escalier chez eux dans ton livre. Merci encore et j’espère que ce livre rencontrera un franc succès !

Céline J. : Au bout de quelques pages seulement mes larmes ont déjà coulé. Prendre conscience de la vie dure qu’ils ont eu, ma mère mes oncles et tantes, et comprendre à 32 ans certaines réactions de ma mère. Comprendre pourquoi elle s’est tant battu pour qu’on ne manque de rien. Vraiment, je voulais te remercie pour ce livre qui m’apprend beaucoup sur notre famille. J’avoue être avide d’en savoir encore plus sur des détails. Mais c’est trop chouette alors merci.
Ce livre me dit qu’on a beau chacun écrire son histoire, finalement elle découle un peu de l’histoire familiale. Tu as été au domaine Chevalier, là où Mallory a fait son apprentissage.
Tu étais investi auprès des personnes handicapées à l’hospice, j’y ai travaillé des années et dans ce même service.
Tu as été dans les lignes téléphoniques comme Yannick aujourd’hui. Tu as habité à Feillens et maman sans le savoir nous a emmenés habiter là-bas….
Pour moi dans la vie il n y a pas de hasard, mais je ne pensais pas que nos histoires de vies pouvaient être aussi liées. C’est fou !!!
Franchement bravo c’est très chouette. Hier j’ai du m’obliger à aller me coucher tellement je n arrivais plus à décrocher du livre.

Evelyne O.B.: Bravo Michel pour ce livre que je continue à lire !! Je connaissais ton côté engagé politique et je découvre un homme amoureux et tendre.

Jean-François B. : Je lis ton super livre avec passion car je retrouve beaucoup de point commun entre nos deux cheminements.

Anne-Marie G. : Livre offert gracieusement par ma camarade et amie Josiane A, pour mon anniversaire. Je m’y suis engouffrée ! Ta vie : un grand souffle renversant d’énergie, de créativité …. depuis ta naissance! Merci de nous le communiquer.

Françoise P. : Je viens de terminer la lecture de ton livre où tu exprimes la véritable Éthique de ton être. Je rejoins Albert Camus dans l’Étranger “nous ne naissons pas forts, faibles ou volontaires, nous devenons forts, nous devenons; lucides”. Ton cheminement personnel parfois caillouteux s’est poursuivi pas à pas grâce à ton élan vital, pour découvrir avec patience et humilité un savoir-faire, un savoir-être.
Ton engagement humain et politique montre ton courage et ta combativité. Tes multiples analyses politiques précises sont lucides et précieuses. La mémoire est-elle un réservoir de bonheur ? Oui, je pense qu’elle participe à la conquête de soi et à la liberté.
Partager le bonheur de chaque instant avec ceux que nous aimons est primordial. Certains passages poétiques de ton ouvrage m’ont émue. Montaigne aimait dire “c’est chose tendre que la vie et aisée à troubler.”

Michel D. : Quelle étrange sensation de tenir ce livre entre mes mains ! De la curiosité – Oui – mêlée avec une certaine émotion, car la vie que tu nous racontes a croisé la mienne et après un survol de quelques pages, un flot de souvenirs rejaillit, quelle richesse !

Martine B. Suite à une conversation téléphonique écrit: Sandra a commencé la relecture des écrits de son père, pour des corrections à apporter. Ce ne sont pour l’instant que les premières pages du livre, mais ce début l’a retournée. Elle connaissait ce que ce papa révélait de son enfance, mais lorsque l’on parle de soi, le récit se focalise sur un moment précis de sa vie, à un moment donné. On fractionne, on choisit selon l’instant présent. À ses enfants, on raconte les jeux d’enfants, les choses plutôt gaies. Plus tard, les décès. Ici les lignes allongées racontent la chronologie de l’histoire familiale, la mise de bout en bout de sa vie. Sandra reste émue. Les mots, les phrases, lui apparaissent claquants, forts. Elle reste saisie par les détails précis de cette dure enfance. Elle dit mieux comprendre certaines réactions de son père. En discutant avec Michel au téléphone, des émotions qu’elle ressent, je vois que Michel a les yeux mouillés, les larmes ne coulent pas, mais l’avis de sa fille le trouble.

Josy et Claude B. Qui aurait imaginé que tu étais, Michel, au PÉROU, en train d’écrire ta biographie  ? En tous cas pas nous deux. Ta modestie nous a bluffés  !  !  !

Merci de nous avoir fait partager (agréablement) tes joies, tes peines, tes sentiments, et surtout de comprendre ton courage, ta ténacité dans tes multiples situations. Il fallait “avoir les pieds bien sur terre” pour rester pratiquement toujours dans l’opposition, subir les exactions de la Mairie de Sassenage tout en apportant, malgré tout, des pierres à l’édifice quoique en pense le Maire et ses Conseillers. Félicitations aussi pour ta mémoire de toutes ces années bien décrites, chiffres à l’appui.

Ton livre est aussi gros que ton cœur :  Bravo Michel  !

Michèle P. (Canada) : Moi qui l’ai reçu dans mes terres froides, je vous en recommande la lecture. Comme toujours, Michel est modeste : ce n’est pas seulement sa personnalité, dont on découvre l’immense générosité, mais aussi son histoire parfois triste et sa superbe résilience. C’est un témoignage qui devrait intéresser les historiens. Et, ce qui ne gâte rien, c’est fort bien écrit (Foi de prof de français!)

Géraldine P.  : Ton livre m’a beaucoup ému sur toute la première partie avec les épreuves et difficultés que tu as traversées…pour devenir la personne que je connais aujourd’hui et que j’apprécie beaucoup.

Stéphane P. : Un livre passionnant à lire …Des dates…une mémoire…

Jean Giard : Ton livre m’a beaucoup intéressé

Bernadette P. :J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et de plaisir ton livre mémoire ; quel parcours !et surtout une vie riche et fondamentalement tournée vers la  Justice ; l’Égalité et la Fraternité la devise française que tu as fait tienne au long de ta vie. Merci pour ton investissement à la mairie qui a bien besoin d’altruistes !!

Commander le livre