LOTO de Noël, samedi 17 décembre 2022, 20H Salle Edmond Vigne FONTAINE (38)

Image

En 2022, à une semaine de Noël
Le Loto organisé par la Section PCF Fontaine rive gauche du Drac

devient celui de Noël
Il aura lieu le Samedi 17 décembre 2022 à 20H00

Salle Edmond Vigne
23 rue des Alpes
38600 Fontaine

L’ouverture des portes dès 19H permettra d’acquérir ses cartons de jeu, de se restaurer.

  • sandwichs (jambon, poulet, saucisson, fromage)
  • Hot-Dogs
  • crêpes salées (jambon de porc ou de poulet, emmental)
  • Crêpes sucrées (sucre ou confitures)

Buvette :

Eau minérale,  Perrier,
Bière, Cidre
Orangina, Ice Tea
Coca-Cola
Vin rouge, blanc
Café, thé, tisane
LOTS PRINCIPAUX mis en jeu :

  • Télévision écran plat 40″ LED FULL HD
  • Trottinette électrique SURPASS Pro 2 Black
  • Tablette tactile 10.1 Pouces – Android 10.0
  • Jambon sec avec os Nature
  • Ours peluche 100 cm
  • Filets garnis
    et de très nombreux autres lots de valeur
    Au total : 12 quines et 10 cartons pleins

PRIX DES CARTONS :

1 carton = 3 €
4 cartons = 10 €
7 cartons = 16 €
10 cartons = 20 €

SI VOUS VENEZ EN TRAM, prendre ligne A arrêt Charles Michels, remonter l’Avenue Ambroise Croizat , tourner à gauche rue Charles Michels et de nouveau à gauche rue des Alpes (environ 450m, 5 minutes de marche à pied).

La France des Jours Heureux « Roussel Avec Vous Sans Tabou » 24 octobre 2022 Nivolas-Vermelle

Image

Dans le cadre de son nouveau Tour de France des régions, Fabien Roussel, Secrétaire national du Parti communiste Français était présent dans le Nord-Isère.
Après avoir rencontré les travailleurs de Photowatt à Bourgoin, une rencontre publique sans Tabou où chacun avait la parole s’est tenue à la salle des Fêtes de Nivolas-Vermelle.
Parmi les multiples interventions de la soirée, nous avons eu : énergie, transports, santé, hôpital, déserts médicaux, formation professionnelle, pouvoir d’achat, école, migrants, Europe, Lyon-Turin, voiture thermique, Europe, etc… Sans Tabou, Fabien Roussel a fait part, sans langue de bois de l’opinion des communistes !
Désolé, j’ai manqué d’un peu de temps pour le cadrage du son et de la vidéo selon l’une des deux caméras utilisée et parfois, il y a quelques petits décalages !
Voici cette vidéo que nous avons réalisée !

Une nouvelle page TWEETS

Image

Ma page Twitter a été piratée au début de l’année 2022, après plusieurs mois, j’ai enfin pu la retrouver !

Une application liée à mon compte twitter était disponible sur mon blog eluspcfsassenage, j’ai du la supprimer.

Dans le cadre de mon expression, le site Sassenage.net se substituera à mon blog, d’où la création, ce jour d’une page TWEETS.

 

Odile Belvèze s’en est allée

Image

Après André, son époux, militant syndical à Pomagalski décédé le 29 août 2009 à la suite d’un cancer, c’est au tour d’Odile de partir avec le mal qui l’aura rongé durant ces dernières années.

André et Odile étaient des amis rencontrés dans un premier temps, lui dans son entreprise où il était le délégué syndical de la CGT, tandis que j’occupais la fonction de Secrétaire du syndicat des métaux de Grenoble Nord au début des années 1970, Odile venait d’Échirolles et aimait me citer Georges Kioulou.

Nous nous sommes retrouvés comme voisins dans les immeubles au Floréal à Sassenage en 1974 et tous deux étaient devenus des lecteurs assidus de l’Humanité dimanche.

Nos routes, se sont un peu séparées à la fin des années 1980, lorsque la section du Parti socialiste a fait le choix de constituer une liste excluant les communistes et que face à cette situation, en deux semaines, j’ai construit une liste d’union avec celles et ceux qui refusaient la division.

Lors des municipales de 1995, Odile comme moi figurait dans la liste conduite par Alain Chaplais et c’est ensemble que nous avons gagné.

En 2001, nous partions avec le même objectif, celui de continuer l’aventure du progrès social sur Sassenage, mais au second tour, la fusion, des listes de M. Coigné et M. Bernard, s’est soldée par la victoire de cette liste commune.

Nous nous sommes retrouvés dans l’opposition.

Très régulièrement, nous avons tenu avec Odile le bureau de vote de la salle Jacques Prévert de Sassenage en qualité d’assesseurs, elle pour le Parti socialiste, moi pour le Parti communiste français.

Ces dernières années, elle ne partageait plus les orientations politiques, notamment après la période de François Hollande et de ce fait, elle venait voter en me disant qu’elle se sentait plus proche des communistes.

Dans ces moments douloureux je pense à ses enfants, Bruno qui s’est exilé en Alsace, Nathalie qui aura été sur une liste commune de la gauche à Sassenage, à Cédric et je veux les assurer de toute ma sympathie.

Je ne pourrai, ce samedi être à leurs côtés pour honorer leur maman, mais je tenais à réagir à ce décès qui m’affecte, j’espère que la ville de Sassenage s’associera à ce deuil vis-à-vis d’une élue conseillère municipale durant 13 ans et s’est impliquée dans la vie de son quartier.

Odile repose en Paix !

Un livre d’étrennes :  » Sous la falaise le ciel est rouge »

Image

Le livre dit  » d’étrennes « , avait mis à la mode les livres « rouge et or » dorés sur tranche, vendus par les éditeurs peu avant les fêtes de fin d’année.
Mon livre  » Sous la falaise, le ciel est rouge  » possède une tranche rouge sans cette dorure qui donnait une allure royale aux livres. Il n’en reste pas moins un livre au visuel impressionnant à offrir pour ce début d’année.
Rempli d’émotions, il est susceptible de faire surgir des larmes aux yeux, en ce qui concerne la partie première d’une vie assez durement vécue, dès le décès de mon père. Mon caractère s’est forgé tout au long d’un parcours aidé par les franciscains, par le syndicalisme à la CGT et l’engagement politique au Parti communiste français, pour devenir la personne publique que beaucoup connaissent et apprécient.

Élu à Sassenage, Conseiller municipal ou adjoint, pendant plus de 43 ans j’évoque l’histoire de ma ville d’adoption au travers de mes années de mandats municipaux.
Ma vie est faite de défis, relevés dans une optique fraternelle de toujours faire passer les populations fragiles avant l’intérêt de ma propre personne. Je suis une personne entière, et il m’est impossible de penser autrement que par le partage et la justice due à tous.
Chacun pourra trouver en ce livre, une motivation qui l’aidera à avancer, à grandir. Toute personne a des ressources insoupçonnées à faire valoir, personnellement j’aime faire danser les mots au travers de poèmes.

Pour acquérir ce livre, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Vous pouvez vous déplacer, alors prenons rendez-vous, nous pourrons échanger autour d’un café et je dédicacerai un exemplaire en votre présence ;
  • Vous êtes loin, voir très loin de Sassenage, en utilisant le formulaire, faites-moi part de vos souhaits éventuels, je vous ferai parvenir votre exemplaire par voie postale ;
  • Vous n’êtes pas trop éloigné de chez moi et vous préférez que je vienne à votre rencontre, c’est possible !

À bientôt peut-être !

Superbes rencontres dédicaces 19 décembre 2020, autour du livre sous la falaise le ciel est rouge

La première édition de mon livre: « Sous la falaise le ciel est rouge », a eu lieu le jour du premier déconfinement, le 11 mai 2020. Pour l’instant, j’ai déjà participé à des rencontres dédicaces, y compris à la médiathèque de Sassenage avec l’auteur du livre: « Sassenage en Dauphiné », au début des années 2000, mais aujourd’hui, c’était mon baptême du feu.

Je suis l’auteur qui décline son œuvre !

Longtemps, des femmes et des hommes m’ont dit: « avec la vie qui a été la tienne, tu devrais écrire un livre ».

La distanciation à respecter ne m’a pas permis de faire un développement des grands axes de mon livre. Mais, Thibault Duport-Rosand, le correspondant du Dauphiné Libéré est venu à ma rencontre pour une belle photo de personnes intéressées par cette rencontre dédicace. L’article devrait paraître lundi ou mardi prochain.

Je citerai pêle-mêle, la trame d’une partie de mes échanges de cette matinée :

Marie-Christine, une Sassenageoise récente a été la première à faire l’acquisition de mon livre. Elle avait entendu parler de mes interventions et était désireuse de connaitre comment j’avais appréhendé mes différents mandats d’élu. Combien de temps j’avais mis pour écrire ce livre de 680 pages.

Lorsque l’on me demande où as-tu appris telle chose ou telle autre, souvent je suis obligé de dire : nulle part ! L’école, je n’y suis presque pas allé, à partir de mon propre ressenti, je construis mes réponses à une situation. Je suis un autodidacte, j’observe, je tente la réalisation, je fais et j’explique comment il faut s’y prendre.

J’ignore si la façon d’ordonnancer mon histoire, moi l’ouvrier est la bonne ou pas ! J’ai choisi de décrire ma vie dans l’environnement ambiant du moment. Mon premier souvenir remonte à avril 1954, j’en parle, mais je décris également qui était Justrabo de Sidi Bel Abbès, le seul Maire communiste en Algérie. En ce sens, mon livre ne reste pas seulement autobiographique, il devient historique.

Certes j’étais un bon élève d’école élémentaire qui à 11 ans et demi, s’est retrouvé dans la vie professionnelle en Algérie, dans un pays en guerre. J’ai pu retourner quelques mois à l’école, en France, dans la Creuse avant de me présenter pour passer mon Certificat d’Études Primaires, reçu avec mention et classé 6ème du département.

J’avais conservé des écrits anciens, parmi eux ceux qui me tenaient le plus à cœur étaient mes poèmes, j’en ai inclus 65 dans mon livre, dont le plus ancien date de 1962.

Je n’avais pas 14 ans, lorsque j’ai repris ma mission d’ouvrier en salaison. Le déchirement familial m’a conduit à connaitre la maison de redressement puis le foyer de semi-liberté, plus souple. Le pardon et le retour dans la cellule familiale, la boulangerie et à nouveau le déchirement qui m’a conduit à devenir pupille de la nation, à connaitre les franciscains.

Sans diplôme, vous n’êtes rien ! En 6 mois, j’ai appris en centre FPA, la menuiserie et j’ai obtenu mon CAP.

Ouvrier menuisier en usine, dans une petite entreprise, j’ai connu mai-juin 1968, mais pas du côté des barricades !

Mon service militaire dans l’infanterie de marine, Toulon, Fréjus avant d’aller sur Madagascar, un pays devenu indépendant en 1960, mais 10 ans plus tard,  les Français dictaient encore ce qu’il fallait faire ou pas.

Pendant l’armée, j’ai travaillé dans une usine de menuiserie ébénisterie tenue par des frères jésuites, en faisant 3 fois moins d’heures que les malgaches, je percevais plus du double, ce qui m’a révolté !

À mon retour de l’armée, l’ordre des frères mineurs m’a demandé de rejoindre l’agglomération grenobloise. Pour moi, Grenoble et l’Isère, c’était le froid et la neige, je n’aime pas beaucoup, c’est ainsi que j’ai découvert ce département.

La justice, la solidarité, l’égalité ne viennent pas de façon naturelle, les conquis il faut les obtenir, c’est pourquoi dès mon embauche chez Permali, j’ai adhéré à la CGT et ce syndicat m’a confié d’importantes responsabilités.

L’activité syndicale est importante, elle sera d’autant plus efficace si elle est accompagnée d’un engagement politique dans la société, c’est ainsi que j’ai adhéré au Parti communiste français qui à son tour m’a confié des responsabilités.

Parmi ces responsabilités, celle d’être un élu communiste dès 1977, comme Conseiller municipal Rapporteur de la voirie, transports et circulation. Mes mandats suivants se sont enchainés en 1983 dans l’opposition.

En 1989, André est présent pour en témoigner, au premier tour je conduisais une liste communiste de rassemblement. De 1995 à 2011, je devenais adjoint au Maire, puis depuis conseiller municipal d’opposition jusqu’en juin dernier.

Pas un seul élu actuel de la ville de Sassenage n’est venu à cette rencontre dédicace, je trouve cela dommageable. Oui, dans mon livre, je cite des synthèses de mes interventions et parmi elles, celles consacrées à ma vision des emprunts toxiques. Le 12 novembre dernier, la Cour de Cassation a renvoyé la ville de Sassenage à ce que j’avais senti le 28 octobre 2010, à propos de la décision N°112.  Oui, dans l’intérêt des Sassenageoises et Sassenageois j’aurai aimé avoir eu tort, moi le petit ouvrier de rien du tout ! Lorsque l’on perd, il faut payer.

Dans ce cadre, je remercie Marie, élue sous le mandat de Dominique Valeille, venue se faire dédicacer mon livre, elle a déclamé :  » Michel, c’est quelqu’un qui a toujours été droit que l’on soit d’accord ou pas avec lui ! « 

Vous souhaitez offrir mon livre pour Noël, si vous êtes proches de Sassenage, c’est possible, rendez-vous sur le site: www.sassenage.net/livre , je vous le livrerai !

Le même lien est également possible pour un envoi postal, n’hésitez pas.

L’article publié dans l’édition du Dauphiné Libéré du 22 décembre 2020