19 décembre 2020 de 10H à 12H, Michel Barrionuevo dédicace son livre à la médiathèque l’Ellipse de Sassenage

L’excellent article du Sassenage en Pages de novembre, titré “le livre d’une vie”, devait annoncer sa séance de dédicace, mais compte tenu du confinement, aucune date n’a pu être mentionnée.

À compter de ce samedi, les commerces non essentiels, les bibliothèques, médiathèques, pourront à nouveau ouvrir leurs portes.

À 6 jours de Noël, le Samedi 19 décembre 2020 de 10H à 12H, dans le respect des gestes barrières, le public pourra participer à la vente-dédicace de son livre : “sous la falaise le ciel est ROUGE”, à la Médiathèque l’Ellipse de Sassenage.

Ce livre permet au lecteur de mieux cerner sa personnalité. Il décrit son parcours depuis son plus ancien souvenir, jusqu’en mars 2020.

Il a intégré un peu plus d’une soixantaine de ses poèmes écrits sur une période d’une cinquantaine d’années, des conséquences de la guerre, à l’expression amoureuse.

Son cheminement et ses actions sont décrites au travers de son enfance et de son adolescence difficile plongé très tôt dans le monde du travail.

Il a beaucoup appris à l’aune de sa partie de vie franciscaine, ensuite dans l’expérience du père de famille militant. Il est devenu un homme public dès son adhésion à la CGT, en soutenant les luttes au-delà du cercle de mon entreprise.

Son adhésion au Parti communiste français complètera sa réflexion sur la société.

À Sassenage, il est le premier élu à totaliser 173 trimestres de mandats : sous les municipalités de Roger Deschaux de 1977 à 1983, de Dominique Valeille de 1983 à 1995, d’Alain Chaplais de 1995 à 2001 et de Christian Coigné de 2001 à juin 2020. Sur ces 7 mandats, il a accompli 47 trimestres dans la majorité municipale et 126 trimestres dans l’opposition.

Le PLU, l’avenir de Sassenage

Jeudi soir, se tenait une réunion publique sur le diagnostic du PLU.

L’objectif officiel n’était que de présenter un état des lieux de la commune dans les domaines de l’urbanisme, du patrimoine, de la population, du logement, du foncier, de l’économie, des équipements publics, de la voirie, des déplacements, de l’environnement et les réglementations  s’y appliquant.

Mais les sassenageois ont vite orienté la discussion sur la révision du PLU qui va suivre.

Les principales interrogations ont porté sur les modifications qui pourraient intervenir en termes de zones agricoles.

Des sassenageois ont mis en avant la priorité pour eux de l’implantation de petits maraichers dans la plaine qui pourraient fournir les habitants au plus près de leur lieu d’habitation et qu’ils étaient inquiets de l’abandon de zones agricoles en zone industrielles. Malheureusement le débat a vite était tronqué par le Maire et l’adjoint à la Culture qui leur ont expliqué que seuls les propriétaires terriens pouvaient comprendre que l’on devait protéger leur patrimoine et leur permettre de le valoriser en le classifiant constructible dans l’intérêt de leurs enfants et petits-enfants.

Le débat n’en sort pas grandi et les prochains à venir promettent des passes d’armes dignes de cloche merle.

Prochain rendez-vous sur le PLU au printemps 2011.

Sassenage, réunion publique le 1er décembre, 20H, salle Jacques Prévert

Avec l’arrivée des avis d’ imposition sur la taxe d’habitation. les Sassenageois ont pu constater la sincérité des promesses du maire et de sa majorité. Oui, les impôts ont augmenté entre 2009 et 2010. Pourquoi ? La combine est redoutable : pas d’augmentation des taux d’imposition, ce qui permet au maire de déclarer partout que les impôts n’augmentent pas, mais forte diminution des abattements sur la valeur locative.

Résultat : pour 77% des ménages Sassenageois, l’addition se révèle salée. Le cadeau bonus de la majorité Coigné pour les fêtes : la diminution des abattements décidée par la seule équipe Coigné s’applique automatiquement à l’imposition des autres collectivités (Métro, Conseil général…) ce qui explique la hausse de la part de ces autres collectivités qui avaient pourtant choisi de ne pas augmenter les impôts, crise oblige.

À grand renfort de communication, pariant sur la complexité des chiffres, le maire espère que les Sassenageois n’y verront que du feu, quitte à accuser les autres collectivités de cette augmentation des impôts, ce qui est strictement faux. Pourtant, dans le Dauphiné Libéré du 27/10/10, face à nos arguments, le maire admet enfin la vérité en déclarant « Je n’ai pas d’argent, il faut bien en trouver ».

Ce qui explique également la hausse de la taxe sur l’électricité, des tarifs de cantines, des études surveillées… La liste est longue.

Pour aborder cette situation, les élus du groupe de rassemblement de gauche organisent une réunion publique, le 1er décembre 2010 à 20H, Salle Jacques Prévert de Sassenage.

Télécharger le journal de novembre 2010

Compte-rendu Réunion Publique sur les finances du 22 juin 2010

Peu de monde eu égard à la campagne de communication : un supplément au Sassenage en Pages et 7 jours en 2 minutes (42 participant-e-s).
Le groupe de rassemblement de  Gauche à Sassenage a distribué sa déclaration à l’entrée.
Intervention introductive du Maire
Monsieur le Maire a ouvert la séance par une longue intervention évoquant la situation critique sur le plan national et international, en précisant que la crise n’avait rien de politique. Il a assuré que dans ces conditions les élus devaient se projeter sur l’avenir. A Sassenage, les comptes de la commune sont sains.

Nous avons des baisses, au niveau de nos recettes financières  que nous évaluons entre 6 et 8% et dans le même temps, nos frais de gestion, c’est-à-dire les dépenses, augmentent par rapport aux charges de salaires, à l’énergie, etc.. Nous avons un taux d’endettement important et pas assez d’argent pour investir.
Et de pointer : Lire la suite…

Après le scolaire, la réduction des moyens pour les associations

Deux réunions ont été programmées par le groupe majoritaire sans que le groupe de Rassemblement de la Gauche n’en soit averti.
A ces réunions il a été avancé que la commune de Sassenage devait faire 500 000 euros d’économies de fonctionnement sur son budget 2011 pour ne pas augmenter les impôts locaux et ne pas emprunter.  Ceci est dû à la baisse des recettes, sans explication sur lesquelles. Il faut donc réduire les charges mais sans toucher aux subventions aux associations. Nous ne savons pas d’où sort cette somme car il n’en n’a jamais été question en conseil municipal, ni en commission des finances.

Les commissions « scolaire », « vie associative » et « sport » n’ont jamais été réunies pour discuter des propositions et décisions qui ont été présentées.

C’est donc sur le scolaire, premier poste de la ville qu’il faudra réduire le plus fortement nos dépenses. L’école c’est 800 familles et 1100 enfants des primaires et maternelles.
La première mesure d’économie proposée a été de supprimer les bus entre 11H30 et 13H30, avec un gain estimé à 70 000 euros. Monsieur Coigné a indiqué que maintenir ce service supposerait de demander en moyenne 700 euros par famille, soit 5€ par jour et par enfant. Pour les familles qui travaillent à deux, les enfants pourraient être accueillis dans les cantines, les autres devront trouver des solutions comme le covoiturage. Face à la grogne, Monsieur Coigné a indiqué que la majorité réfléchirait à trouver une solution pour les quelques cas de Pra-Paris et des Côtes.
Seconde mesure d’économie, les transports dans le temps scolaire, 2 bus actuellement: le second bus sera supprimé 2 jours par semaine, ce qui représente une économie de 20 000 €
Troisième mesure d’économie, faire payer les études surveillées selon le quotient familial, ce qui dégagera 20 000 euros d’économie.
En ce qui concerne le spectacle de Noël des écoles, il est demandé de surseoir cette année pour se donner le temps de la réflexion.
Les enfants sont les premières victimes des choix, sur la réduction des services à la population, en précisant qu’avec 110 000 €, c’est plus du cinquième des économies qui sont demandées à l’école.

C’est aussi aux associations, donc aux sassenageois de voir les aides modifiées car il ne faut plus gaspiller l’argent du contribuable. Quels sont ces gaspillages ?
La construction de la salle des fêtes est déclarée indispensable mais dans un premier temps il a été demandé à l’architecte de modifier le projet en pôle culturel en maintenant seulement les bureaux, les lieux de stockage et une salle de 150 m².
La reconstruction de la piscine est déclarée impérative vu son état qui la condamne à ne plus assurer sa vocation dans trois ou quatre ans. Si on la reconstruit à l’endroit actuel, il faut compter 4,5 millions d’€ mais cela est impossible car incompatible avec le pipeline. Si on la construit sur un autre site il faut compter 7 millions. Sachant que la commune ne peut pas investir plus d’un million par an, cela fait une piscine dans 7 ans, au mieux. Une piscine inter-communale n’est pas envisageable car on ne saurait pas sur quelle commune l’installer et les coûts de fonctionnement seraient plus élevés ! on essaiera quand même avec Noyarey et Veurey. Sans parler des tarifs qui vont subir une hausse considérable, elle sera fermée les trois premières semaines de septembre.
En ce qui concerne la culture, le Théâtre en Rond devra, comme l’an dernier baisser sa programmation. Le nombre de représentations des associations sera conditionné à leur importance. Elles se verraient contraintes de payer une location et de donner aussi à la commune 1 ou 2 € sur le prix des places. Le nombre de répétitions sera aussi réglementé. Le soutien du service de communication le sera sur certains critères.
En ce qui concerne les subventions, seules les associations d’intérêt communal seront financées en excluant toute nouvelle association. Cela veut-il dire que les associations caritatives et sociales n’auront plus de subventions de Sassenage ? Cela veut peut-être aussi dire, et ce serait une bonne nouvelle, que les Brûleurs de Loups ne toucheraient plus les 30 000 € que leur verse encore cette année la commune ?
Quant aux  gymnases, ils seront fermés 1 semaine sur 2 pendant les vacances de Toussaint, les week-end il n’y aura plus qu’un seul gardien. Concernant le gymnase des Pies, les associations n’auront plus droit qu’à 3 prêts gratuits pour leurs manifestations. Les CE paieront la location des terrains de sport alors que l’on sait que des échanges existent avec ceux-ci. Le retour risque d’être demandé à la commune.
Les associations qui bénéficiaient de la mise à disposition d’un minibus pour le transport principalement des enfants devront dorénavant payer son utilisation pour participer aux frais d’entretien.
La cerise sur le gâteau a été la déclaration de l’adjoint aux finances qui a déclaré, sans sourciller qu’il fallait prendre des mesures équitables et que, pour son groupe, l’équité c’était que les sassenageois qui participent à des activités doivent payer et les autres ne doivent rien payer.
Est-ce la nouvelle politique de solidarité qui attend les sassenageois il est  vrai que c’est le libéralisme prônait par la Droite à Sassenage donc comme au sommet de l’Etat.
Enfin a été évoquée la voie de contournement qui serait une priorité avec un coût estimé à 9 ou 10 millions d’€ dont le financement à 50 % entre la commune et le Conseil Général. Donc, c’est pour dans 5 ans, au mieux. Dans le contexte actuel, avec toutes les mesures annoncées qui vont, encore une fois, aggraver la situation des sassenageois, est-ce vraiment la priorité ?

Nous demanderons la tenue d’urgence d’une réunion de travail pour comprendre comment nous en arrivons là et pourquoi ces orientations ont été choisies sans en tenir informés TOUS les élus.